Les avertissements ou blâmes sont souvent considérés par les salariés comme des incidents de parcours sans conséquence, puisque le contrat de travail n’est pas rompu.

L’expérience montre cependant qu’un licenciement est souvent précédé par une ou plusieurs sanctions moins graves mais qui s’additionnent et produisent un effet « boule de neige » dévastateur en cas de contestation ultérieure d’un licenciement disciplinaire devant les Prud’hommes.

Il est donc recommandé de vérifier, pour toute sanction :

- que la procédure disciplinaire, légale ou conventionnelle, a été respectée ;

- que les faits invoqués par l’employeur ne sont pas prescrits ;

- que la sanction est justifiée

- que la sanction est proportionnée à la faute.

Si l’une de ces conditions n’est pas remplie, le salarié a intérêt à demander au Conseil de Prud’hommes son annulation.

Au minimum, il devrait contester par écrit auprès de l’employeur les motifs de la sanction, en conservant tous les éléments factuels justifiant sa contestation pour ne pas être pris au dépourvu s’il est ultérieurement amené à saisir les Prud’hommes.